Les voitures partagées ne sont plus uniquement disponibles dans les grandes villes. Les expériences de carsharing essaiment aujourd’hui un peut partout. Par exemple, dans une commune comme Ciney, l’expérience a remporté un vif succès depuis 2009. En 5 ans, le nombre d’abonnés au carsharing n’a fait qu’augmenter. En 2014, une seconde station a été mise à disposition des utilisateurs.

Lundi soir, Jessica Willocq a interrogé le Bourgmestre sur les intentions de la Ville en la matière. En effet, dans la Vie Athoise de juin 2016 nous avions pris connaissance d’une enquête visant à évaluer l’intérêt des Athois pour le système de carsharing Cambio. Mais depuis… plus de nouvelles.

Pourtant, le système de voitures partagées a de nombreux avantages, tant au niveau économique qu’écologique. Il permet aux personnes n’ayant pas besoin d’un véhicule quotidiennement d’en partager un en fonction de leurs besoins. Cela permet de réduire le nombre de voitures en circulation sur nos routes et donc de résoudre certains problèmes de parking, d’embouteillages, et de diminuer ainsi les émissions qui en découlent (CO2, particules fines). Vu le mauvais bulletin belge en matière de qualité de l’air, c’est également un aspect non négligeable. Partager les véhicules, cela permet aussi aux personnes qui n’ont pas les moyens de se payer un véhicule propre d’accéder à plus de mobilité. Aujourd’hui, en effet, l’essentiel n’est plus d’avoir une voiture mais de pouvoir se déplacer.

Dans sa réponse, le bourgmestre a détaillé les résultats de l’enquête. Les formulaires rentrés à la Ville n’ont pas été nombreux mais ils reflétaient néanmoins un intérêt pour le système. Faut-il relancer l’enquête? Nous proposons plutôt qu’on avance maintenant sur ce projet et qu’on le concrétise au plus vite. Ce qui fonctionne déjà à Ciney, Gembloux, Mons ou Wavre peut aussi réussir chez nous !

Share This