Le conseil communal s’est tenu hier dans une ambiance relativement détendue, approche de la Ducasse oblige ! Tous les points ont été adoptés à l’unanimité. Certains points ont néanmoins suscité le débat. Il en va ainsi de la suite du projet de Flauréa. Ronny Balcaen a en effet interrogé le bourgmestre sur l’évolution du dossier de reprise de la filière plomb qui avait été soumis à enquête publique fin juin-début juillet (voir ici le texte de la question).

A l’insu de son plein gré

Marc Duvivier n’a pu que confirmer les propos de notre conseiller communal : près de cinquante jours après l’annonce selon laquelle le projet plomb était abandonné, Flaurea n’a toujours pas signifié à la Région wallonne le retrait du projet. Conséquence : la procédure d’octroi du permis suit son cours ! Les explications du bourgmestre ne sont pas très convaincantes (coup de fil raté entre Flaurea et l’administration, congés, etc.). On n’a vraiment pas l’air de se presser du coté du Quai des Usines. L’entreprise voudrait obtenir son permis à l’insu de son plein gré qu’elle ne ferait pas autrement. Après les tests menés sans autorisation, ça commence à faire beaucoup. On se rappellera que le patron de Flaurea avait eu une position un peu plus nuancée que le communiqué de la Ville quand il affirmait le 7 juillet dernier que « Devant l’émotion provoquée par son projet, [Flaurea] a pris la décision de l’arrêter et de reprendre son étude en l’approfondissant avec l’aide du comité des riverains. » Arrêter et reprendre… ce n’est pas tout à fait arrêter. Flaurea devrait faire le nécessaire d’ici vendredi pour faire connaître sa position à la Région wallonne. A vérifier.

Chantier de l’école de Bouvignies

Le Pichou, au pied de l’Eglise d’Houtaing, sera remis en état de marche. Ainsi en a décidé le Conseil communal

Bonne nouvelle : le conseil a voté la réparation du Pichou à Houtaing. La fontaine et les canalisations seront remises à neuf dans le cadre d’une convention avec l’iintercommunale IPALLE. Parmi les autres dossiers soumis au vote des conseillers communaux, on notera celui de travaux supplémentaires approuvés par le Collège dans le cadre de l’extension de l’école de Bouvignies. Il s’agit de maintenir et de réaménager le réfectoire existant plutôt que de le loger dans le nouveau bâtiment, comme prévu au départ. Il semble que cette option choisie après concertation en cours de chantier était celle souhaitée dès le départ par le corps enseignant. On aurait peut-être pu gagner du temps et de l’argent en allant dès le départ dans ce sens.Quant aux travaux prévus au niveau de la cour de récréation, nous insistons pour que les aménagements correspondent bien aux attentes du corps enseignant qui souhaite des zones d’ambiance différentes, clairement identifiées (animées, tranquilles,..) en lien avec les objectifs du projet pédagogique de l’école communale.

La Ville rachète la gendarmerie

Avancée dans le projet de réhabilitation de l’ancienne gendarmerie à la Chaussée de Tournai. Cela ouvre sans doute des perspectives, mais lesquelles ? En effet, si la note au conseil communal présente des orientations déjà assez précises pour plusieurs zones du Faubourg de Tournai, il n’en est rien pour le projet d’achat des bâtiments de la gendarmerie, opération pour laquelle un budget de 600.000 EUR est prévu. Par ailleurs, au budget 2016, il était prévu de financer l’achat des bâtiments par la revente de ceux-ci. Désormais, la majorité propose de couvrir la dépense relative à ces acquisitions par un emprunt. Y a-t-il à ce stade un projet immobilier, commercial, culturel ou autre ? Y a-t-il de l’intérêt de la part d’un partenaire privé à développer un projet ? Les travaux de démolition d’une partie des bâtiments seront-ils à charge de la Ville ou d’un éventuel futur acheteur? Autant de questions que le groupe Ecolo adresse à la majorité : la fonction logement sera privilégiée, nous répond-on. C’est l’acheteur des lieux qui prendra en charge les démolitions nécessaires. Un appel à partenaire sera lancé (« on va lancer en vente publique le projet tel quel »)sur la base d’une charte qui définira les grands critères de sélection du projet. Ca reste un peu flou quand même. Nous demandons à être associé à la rédaction de la charte. La maison de bourg qui héberge des fanfares sera-t-elle maintenue en l’état ou transférée dans un nouveau bâtiment? La question est ouverte pour l’instant…

Enfin, le bourgmestre communique sur les projets d’Infrabel en ce qui concerne les passages à niveau sur le territoire d’Ath. Il affirme que trois projets seraient problématiques pour la circulation dans nos villages. Il annonce qu’il va convoquer une commission de la mobilité pour dégager une position commune. L’ennui, c’est que c’est un peu la même annonce faite il y a plus d’un an et qui est restée sans suite. Lors du conseil communal de mai 2016, Marc Duvivier avait en vérité déjà évoqué la question en annonçant qu’Infrabel « visite toutes les communes qui sont le long des lignes ferroviaires pour leur présenter çà et là des ouvrages d’art et des déviations, etc., qui peuvent modifier de fond en comble un plan de mobilité.  S’il est établi, il faut savoir que, ne fût-ce qu’à la rue du Chemin de Fer, etc., il y a en effet un passage à niveau qui gêne la mobilité et que le chemin de fer viendra présenter prochainement, et j’en ferai référence à la Commission de la Mobilité ultérieurement, des plans de modification des flux de circulation. » Les membres de la commission mobilité attendent toujours et Infrabel a sans doute avancé entretemps dans ses projets.. Un dossier parmi d’autres à étudier à la rentrée. D’ici là, bonne Ducasse à toutes et à tous !

 

 

 

 

Share This