La rue Salvador Allende rénovée

Dans le programme assez chargé du conseil de ce lundi 6 novembre (73 points étaient inscrits pour la séance publique), quelques points concernent la politique de mobilité dans nos villages. Rue Salvador Allende à Maffle, centre de Gibecq, chaussée de Valenciennes, trois dossiers nous sont soumis qui visent à modifier les règles de circulation, soit en limitant la vitesse, soit en limitant le tonnage, soit en limitant l’accès à la seule circulation locale. Ces dispositions sont en soi positives. Elles améliorent la sécurité, notamment pour les usagers faibles que sont les piétons et les cyclistes. Elles peuvent ramener un peu de calme dans certains artères trop fréquentées par les poids lourds, comme notamment la chaussée de Valenciennes. Mais a-t-on étudié l’impact de ces mesures sur les autres routes de notre entité? Nous faisons part de nos préoccupations et posons des questions. Ainsi, quelles seront les solutions alternatives mises en œuvre par les automobilistes face à l’interdiction d’emprunter la rue Salvador Allende à Maffle, dont le chantier de rénovation arrive enfin à son terme. Le village d’Arbre sera sans doute privilégié par les conducteurs avec comme conséquence des nuisances pour les habitants. C’est ici que nous voyons combien nous souffrons vraiment de l’absence de plan de mobilité, un plan toujours reporté par les majorités successives. Un plan de mobilité ce n’est pas que gérer la circulation au centre-ville. C’est aussi proposer des solutions réfléchies de manière globale pour les villages. Nous insistons pour que les conséquences des décisions d’aujourd’hui soient bien analysées avant leur mise en œuvre, au risque de reporter sur d’autres habitants les nuisances liées au trafic routier.

Mobilité toujours : nous interrogeons une fois de plus le Bourgmestre sur l’évolution du dossier des passages à niveau qu’Infrabel veut supprimer. Malgré les engagements de longue date, aucune information ne nous est parvenue jusqu’ici. Nous exigeons de connaître les points les plus sensibles. Voilà les éléments obtenus : à la rue du Chemin de fer, au centre-ville, un tunnel et un pont serait prévu. Un autre passage serait supprimé sur le territoire de Villers Saint-Amand, sans alternative. Et un troisième, à la Cavée, devrait aussi disparaître pour laisser place à un pont. Le Bourgmestre promet une visite sur place… On y reviendra.

Climat : un premier bilan

ALors que la COP23 débute à Bonn, nous prenons connaissance du premier bilan intermédiaire du plan mis en oeuvre depuis notre adhésion à la Convention des Maires pour le Climat et l’Énergie, à l’initiative d’Écolo. La première étape à franchir, c’est de réduire nos production de gaz à effet de serred e 20% d’ici 2020. On est en bonne voie mais le chemin est encore long, notamment dans le secteur tertiaire et dans le logement. Nous y reviendrons plus tard.

Voir aussi : A l’initiative d’Ecolo, Ath s’engage pour une réduction des gaz à effet de serre

Modifications budgétaires : flou persistant

L’autre gros morceau du menu de lundi soir, ce sont les points budgétaires. Avec les modifications que la majorité nous propose, le budget ordinaire 2017 est à l’équilibre à 0 EUR contre une situation antérieure plus favorable où nous avions encore un boni de 336.317,47 EUR. La situation s’est donc dégradée, suite notamment à l’accroissement des dépenses de fonctionnement.

Quand au budget extraordinaire 2017, il propose de nouveaux investissements  pour un montant de 1.3888.629 EUR. Ces nouveau investissements prévus par la majorité seront essentiellement financés par le recours à l’emprunt, ce qui fera encore augmenter notre dette et renforcer son poids déjà très lourd sur les finances communales. Pour le prochain budget 2018, qui sera le dernier de la mandature, il restera… 1.503 EUR à investir… Les arbitrages risquent d’être difficiles!

Bien sûr, le Collège communal espère que certains projets nouveaux seront immunisés et mis “hors balise” : ceux de la restructuration des musées et de la modernisation de l’abattoir. Cela nous redonnerait un peu d’air. C’est un pari. L’avenir proche nous dira ce qu’il en est de l’attitude de la nouvelle ministre des Pouvoirs Locaux, Valérie Debue.

Pour Ronny Balcaen, conseiller communal, “nos travaux de ce soir se déroulent en effet dans un contexte particulier, celui du changement de Gouvernement wallon. En 5 ans, trois ministres se seront ainsi penchés sur nos finances, sans que jamais des décisions claires soient prises par rapport aux demandes que vous avez transmises à Namur pour résoudre nos difficultés. En effet, nous nous rendons compte aujourd’hui que le Ministre Dermagne n’a pas donné son accord sur plusieurs mesures destinées à alléger notre fardeau. Ainsi, l’autorisation pour notre Ville d’investir 130 EUR par Hab plutôt que 100 EUR, contre un plan d’économies présenté par la Ville, cette autorisation est toujours en suspens. Le plan a-t-il d’ailleurs été mis en œuvre de manière préventive par la majorité ? On n’en trouve pas trace en tout cas dans nos documents budgétaires.”

Autant dire que la situation reste assez nébuleuse. Plusieurs scénarios sont possibles. Si on prend en compte les paramètres les plus pessimistes, nous avons explosé tous les plafonds autorisés en dépensant près de 6,5 millions EUR de trop en investissements depuis 2012 ! Si c’est cette interprétation de la réalité qui s’impose, nul doute que nous allons au devant de nouvelles difficultés. Ces incertitudes incitent le groupe Écolo a voté contre les modifications apportées au budget extraordinaire 2017.

Viandes, etc.

Le bail commercial entre la Ville et Viandes, etc. revient sur la table du conseil après un renvoi pour approfondissement suite aux demandes du CDH et d’Écolo exprimées lors du conseil communal du mois d’octobre. Nous avons nos apaisements sur un juste partage des investissements entre la Ville et le locataire. Jessica Willocq insiste à nouveau pour un recours plus important aux produits locaux, comme prévu par l’article 2 de la convention qui lie les deux parties.

Comme chaque année, nous avons à nous exprimer sur la reconduction de la délégation au Collège pour les marchés publics de moindre importance. Nous votons positivement pour cette délégation qui est quand même fort encadrée. Nous voulons ainsi faciliter la vie des services communaux lorsque des petites dépenses doivent se faire dans l’urgence. Nos conseillers continueront comme ils l’ont toujours fait à dénoncer les irrégularités commises, que ce soit dans le cadre ou pas de cette délégation. La responsabilité en incombe au Collège et donc pas seulement au Bourgmestre mais aussi aux Échevin(e)s. Nous nous situons ici dans l’esprit de notre réaction au renvoi du Bourgmestre devant le tribunal correctionnel.

Et pour finir, surprise : les sacs poubelles gratuits font leur réapparition. 10 sacs de 30 litres seront distribués gratuitement à chaque ménage. Comme un air de campagne…

 

Share This