Les travaux du conseil communal du 29 mars débutent par la discussion d’un texte sur l’actualité fédérale. Serge Dumont (MR) et Raymond Vignoble (PS) ont pris l’initiative commune de déposer une motion qui se positionne contre le projet de loi instaurant les visites domiciliaires. Pour notre groupe, Jessica Willocq appuie cette motion. Elle propose que la Ville d’Ath profite de l’occasion pour se déclarer “commune hospitalière“. Ce qui engage à minima à deux niveaux : sensibiliser la population aux questions migratoires, et améliorer concrètement l’accueil des migrants dans le respect des droits. Deux actions déjà mises en place sur Ath. Il s’agit donc de coller à la réalité. Une grosse majorité du Conseil communal refuse pourtant cet amendement. Au final, la motion est votée par une large majorité PS-Ecolo-CDH et MR. Seuls quelques conseillers MR s’abstiennent ou votent contre.

Le Collège perd son pouvoir de recruter et de licencier le personnel

Deux textes différents suggèrent de retirer la délégation au Collège pour la désignation et le licenciement de travailleurs. Le premier émane du Collège. Le second de plusieurs conseillers communaux socialistes. Ronny Balcaen fait remarquer que depuis 2013 la majorité PS-MR a toujours octroyé une large délégation au Collège communal en la matière. Nous avons également voté cette délégation. Mais nous l’avons toujours assortie de la demande d’un relevé trimestriel des engagements et des licenciements. Cette demande a été rencontrée jusqu’aujourd’hui. En séance publique ou en huis-clos, la lecture de cette liste n’a jamais provoqué de contestations. Notre vote favorable est motivé par la situation financière de la Ville mais en aucun cas par la justification avancée par certains membres du groupe PS, celle de la situation politique. Les affaires internes à un groupe politique n’ont pas à interférer avec la conduite des affaires publiques

Mobilité : le tunnel sous voie rue de la Station enfin autorisé aux cyclistes

Un de nos militants se rappelle  : « A 10 ans je roulais déjà dans le tunnel.» Cette habitude remonterait à 50 ans… Il était donc temps que nous adoptions la règle à l’usage et que nous facilitions les déplacements à vélo en ville en autorisant enfin les cyclistes à emprunter le tunnel sous voie de la gare à la rue de la Station, à hauteur du château de fer. Nous nous réjouissons de la mise en œuvre de cette solution qui était aussi une demande du Gracq. Nous rejoignons aussi les demandes d’un accompagnement pédagogique pour que la coexistence entre cyclistes et piétons se passe au mieux.

Finances : le groupe Écolo restera constructif dans la recherche de solutions

Difficile de ne pas évoquer la situation financière de la Ville. Les écologistes prennent la parole suite à l’annulation du budget 2018 par la ministre Valérie De Bue. L’intégralité de l’intervention de Ronny Balcaen ci-dessous.

Nous nous revoyons pour la première fois depuis le rejet des budgets 2018 par la Ministre des Pouvoirs locaux que nous avions voté le 8 janvier dernier. Presque trois mois sans se voir. Presque trois mois sans vous voir, que c’est long

C’est d’autant plus long si on pense à la gravité de la situation financière dans laquelle se trouve notre ville. Nous avons à l’ordre du jour de notre séance différents points relatifs aux douzièmes provisoires, dispositif qui a permis à la Ville de fonctionner sans budget. Si nous approuvons le principe des douzièmes provisoires, nous voterons contre l’utilisation qui en a été faite, puisqu’à nouveau, dans cette période difficile qui appelle à la vigilance, vous avez eu recours à la technique des articles 60 pour faire approuver des dépenses refusées par le Directeur financier. Nous ne souhaitons pas légitimer cette pratique dont nous dénonçons les dérives depuis plusieurs années.

Mais toute notre attention aujourd’hui est déjà tournée vers la nouvelle mouture du budget 2018 et vers le nouveau plan de gestion qui doit l’accompagner. Nous venons d’apprendre que ces points seront à l’ordre du jour de nos travaux le 30 avril prochain. Nous déciderons alors du budget pour 2018 mais aussi et surtout des choix à faire pour retrouver une santé budgétaire d’ici 2020.

Car l’horizon reste menaçant. Il faudra le courage de dégager des solutions qui garantissent le fonctionnement de la Ville et le service aux habitants. Le retour à la sobriété est nécessaire. Nous le disons depuis 2013, en vous ennuyant à chaque exercice avec le nécessaire respect des balises d’emprunt. La nonchalance avec laquelle ces balises ont été traitées est une des raisons des difficultés financières que nous vivons aujourd’hui. Avec l’inquiétude que cela crée dans le cœur des habitants et des travailleurs de la ville.

Dans la recherche des solutions, le groupe Écolo sera constructif. Nous continuerons à collaborer au groupe technique mis en place récemment à la demande des organisations syndicales.  Sans être inutilement alarmistes. Et avec la conviction que rien n’est tout blanc ou tout noir. La vision monolithique, selon laquelle l’ensemble du conseil communal serait complice de la gabegie financière, cette vision monolithique est rassurante peut-être, mais elle n’est pas correcte. Des gens autour de la table du conseil communal ont été durant les cinq années écoulées vigilants, critiques, constructifs. Les observateurs de nos travaux le savent.

Face aux défis qui sont ceux de la Ville, nous faisons le choix de ne pas nous laisser submerger par les passions tristes, la haine, la peur, la colère, l’anxiété ou le mensonge. Ces passions diminuent notre puissance d’agir tous ensemble. Or, c’est de cette capacité à agir ensemble dont nous avons urgemment besoin pour donner un avenir à notre ville.

 Prochain conseil communal : le 30 avril. Budget 2018 et plan de gestion au menu.

Share This