Conseil communal du 30 septembre 2020 – ATH

Intervention de Laurent Delvaux, conseiller communal sur la motion « Ath, commune du commerce équitable ».

Qu’on le veuille ou non, 2020 restera gravée dans nos mémoires pour de tristes raisons. Le responsable ?  Nul besoin de lui faire l’honneur d’une nouvelle fois rappeler son nom, tant il n’a de cesse d’être sur toutes les lèvres et ce malgré les affreux masques dont il nous affuble.

Contre lui, à ce jour, pas de vaccin, pas de remède miracle et pourtant il nous faut faire face. Continuer à vivre, peut-être pas comme avant mais avec la volonté de vivre aussi bien qu’avant. Pour cela, nous devons miser avant tout sur des valeurs essentielles, fondamentales. La solidarité est de celles-là et la motion visant à soutenir le dynamisme commercial  que nous venons de voter en est l’illustration. Solidaires du plus important employeur du pays, les PME, nous sollicitions à l’instant l’aide des gouvernements wallons et fédéral pour accompagner nos indépendants et commerçants locaux s’ils venaient à fermer boutique. Des cellules commerciales dont nous voulons faciliter la réoccupation, le cas échéant.

Et puis, nous avons aussi la volonté d’inciter d’autres communes à adopter la motion d’aide au dynamisme commercial. Preuve s’il en est, qu’ensemble on est toujours plus fort, que notre monde interdépendant repose sur de complexes connections, et que puisqu’un battement d’ailes d’un papillon au Brésil peut provoquer une tornade au Texas, il n’y a pas de raisons qu’un élan de solidarité dans l’hémisphère nord ne puisse pas également s’étendre au sud.
Voilà pourquoi, après avoir proposé l’adhésion à la Charte des achats publics responsables l’an dernier, Ecolo propose maintenant de faire d’Ath une commune du commerce équitable. Il s’agit dès lors de respecter 6 engagements comme le préconisent les initiateurs de la Charte, dont, le plus connu, Oxfam – « les magasins du monde ».

Tout d’abord, en votant cette motion, nous engageons l’Administration Communale à consommer au moins 2 produits issus du commerce équitable. Du café, par exemple et probablement aussi du jus de fruits.
Par la suite, le commerce et l’horeca seront invités à proposer à leur clientèle de pareils produits, ce qui ne devrait pas poser de problème, vu les nombre sans cesse croissant de commerçants athois qui adhèrent déjà très spontanément à la cause.
Troisième phase : impliquer les entreprises, associations et écoles, en les sensibilisant via diverses actions. A ce propos, je profite de l’occasion pour me tourner un court instant vers notre échevine de l’enseignement et lui demander ce qu’il en est de la mise en œuvre du Green Deal Cantines Durables, initié par notre échevin de la transition écologique, monsieur Balcaen.
De quelle manière, offrir aux enfants de chacune de nos écoles communales, à un prix démocratique, une alimentation saine, équilibrée et cuisinée à base de produits locaux et, pour le reste, issus du commerce équitable ?

Revenons à la charte du commerce équitable : quatrième phase, après les entreprises, associations et écoles, c’est l’entièreté de la population qu’il faudra sensibiliser, en partenariat, bien sûr, avec le monde associatif.
Pour mener à bien l’ensemble du processus, un comité de pilotage citoyen aura une fonction facilitatrice et coordonnera l’ensemble du processus. Il s’agit théoriquement de la 5ème phase mais, pour des raisons d’efficience, il serait peut-être judicieux qu’elle soit anticipée de manière à soulager au mieux nos services communaux déjà fort occupés.
Et puis, sixième et dernier point, soutenir au moins une nouvelle initiative de production agricole locale et durable. Car il n’y a aucune contradiction entre soutenir à la fois les producteurs locaux et ceux du sud, que du contraire, si l’on achète chez l’un ou chez l’autre en fonction des spécificités climatiques et de terroir. Café, cacao, thé, bananes, sucre de cannes, riz, épices, … pour peu que les producteurs soient dignement rémunérés ne peuvent que provenir du sud, sans porter le moindre ombrages à nos producteurs locaux.

Notons que ce dernier point, pourrait très bien être concrétisé dans le cadre de notre PCDR, évoqué il y a quelques minutes, puisque ce dernier vise notamment à aider l’économie rurale…

Certains d’entre nous s’étonnaient du peu de réactions d’Ecolo suite à l’implantation dans notre ville d’une enseigne de restauration rapide et, d’une certaine manière, faire d’Ath une commune du Commerce Equitable est une réponse écologiste.

Car, comme le dit si bien l’écrivaine américaine Marianne Williamson,
« Créer le Monde que nous voulons est un mode d’action bien plus subtil, mais plus puissant que détruire celui dont nous ne voulons plus ».

Je vous invite à voter en faveur de l’adhésion à cette campagne afin que nous puissions clamer haut et fort du 7 au 17 octobre, lors de la semaine du commerce équitable que notre belle ville d’Ath est, plus que jamais solidaire et responsable.

Share This